Comment faire sa généalogie sans logiciel

Comment faire sa généalogie sans logiciel

 

Faire sa généalogie sans logiciel est possible. Stanislas Devèze nous explique, dans ce billet, le système qu’il utilise depuis 15 ans pour conduire ses recherches généalogiques sans logiciel.

 

C’est un billet particulier que vous allez lire maintenant. Il s’agit du premier billet invité publié sur GénéalogiePratique.

 

La généalogie sans logiciel - Stanislas DevèzeC’est un vrai plaisir pour moi d’accueillir Stanislas Devèze, auteur du blog D’où je viens, un blog que j’ai le plaisir de lire assidûment.

Quand Stanislas m’a proposé d’écrire un billet invité sur la généalogie sans logiciel, j’avoue avoir eu un vrai moment de doute : C’est vraiment très loin de mes croyances personnelles en terme de pratique de la généalogie.

Mais curieux de nature (comme tout généalogiste, il me semble), je lui ai dit BANCO, ton objectif est de me convaincre que c’est possible.

Je dois reconnaître que le défi est relevé !

Je laisse donc le clavier à Stanislas et vous invite à découvrir son système pour faire sa généalogie sans logiciel.

 


 

Merci Laurent et bonjour à tous,

Comment faire sa généalogie sans logiciel

 

Ce titre provocateur est surtout là pour bien vous faire prendre conscience que la généalogie est une passion qui se suffit à elle-même. La pratiquer n’exige pas d’utiliser de logiciel. Il me semble utile de rappeler cette vérité que beaucoup oublient.


Alors évidemment, il n’est pas possible de tout faire sans logiciel mais on peut tout de même être généalogiste sans ordinateur. Les logiciels ont deux ou trois qualités qui les rendent aujourd’hui très importants aux yeux de tous :

  • Le gain de temps (les liens sont vite faits)
  • Le côté pratique (gestion simplifiée des implexes par exemple)
  • Des options avancées comme les statistiques

Cependant, le travail effectué par nous-mêmes permet avant tout de nous imprégner pleinement de notre généalogie. Le temps passé à construire notre arbre sur papier n’est pas du temps perdu sauf à avoir un but dévoyé de cette passion qui est la nôtre.


Le but n’est pas d’être efficace ou efficient (encore pire) mais de découvrir pleinement notre généalogie, de nous imprégner de l’âme de notre famille.

Je m’en vais vous en convaincre à travers ce plan très scolaire certes mais surtout méthodique, car lorsqu’on n’utilise pas de logiciel, il faut bien l’être, méthodique.

La méthode
– Numérotation verticale
– Numérotation horizontale
– Numérotation individuelle

L’organisation
– Page de garde
– Collatéraux
– Travaux de recherches
– Les documents
– Annexes

L’appropriation
– Le repère visuel
– La mémoire kinesthésique
– La psychogénéalogie

La méthode

La méthode que je vais vous présenter n’est que la mienne. Il en existe des centaines d’autres. Il s’agit d’une méthode que j’utilise depuis mes débuts de généalogiste il y a quinze ans donc elle a fait ses preuves en se développant, en s’affinant au fil des années.


Tout commence par une bonne classification et surtout une classification adaptée à la pratique de la généalogie sans logiciel. C’est pourquoi j’ai écarté la numérotation SOSA pour créer une numérotation propre.


En gros je quadrille mon arbre pour classer mes recherches correctement et pour l’étudier précisément. Aussi, cette numérotation sera à la fois verticale et horizontale + une numérotation complémentaire pour les collatéraux. Je vais vous expliquer ce que tout cela signifie réellement :

La numérisation verticale ou par branche


Comme je l’explique dans l’article Guide ultime de numérotation en généalogie  : chaque individu a un nom de famille (patronyme).

Et chaque nom de famille aura un numéro précis.

C’est ce que je nomme la numérotation verticale ou par branche car elle est directement liée à la famille.

 

La numérisation horizontale ou par génération


Elle est simple. Je suis de la génération Zéro. Mes parents de la génération Une. Mes grands-parents Deux, etc.
Nul besoin de grands mots pour expliquer comment fonctionne cette numérotation.

Généalogie sans logiciel - Numérotation

 

Je préciserais une seule chose : je suis de la génération Zéro et non Une afin de respecter la logique de la formule de numérotation que nous avons vue précédemment dans l’article de mon blog sur la numérotation verticale.

 

La numérisation « en profondeur » ou individuelle


Cette numérotation ne concerne que ceux qui sont à la recherche des collatéraux : les frères et sœurs, les cousins, etc.

Elle suit une logique de « degré d’éloignement » : plus la personne est éloignée de notre ancêtre, plus le chiffre attribué sera grand.
Ainsi, les ancêtres directs ont un degré d’éloignement = 0
Les frères et sœurs = 1
Les cousins = 2
Les cousins issus de germain = 3
Etc.

Il est important de noter qu’il est toujours calculé par rapport à l’ancêtre le plus proche.

 

Si on veut aller plus loin :
À ce degré d’éloignement, je préconise d’ajouter l’année de naissance, ce qui permettra de situer l’individu dans le temps si on est amené à le comparer à d’autres de sa génération. J’apporte cette précision à l’aune de mon expérience car elle m’a été bien utile.

Parfois on se dit à part soi : « Ah, c’est l’aîné de la fratrie, c’est pour ça qu’il a eu cette orientation de vie», etc.

 

 

Maintenant que nous visualisons correctement l’arbre constitué des ancêtres et des collatéraux qui le compose, il faut y mettre des « données » comme dans un logiciel mais ici, ce sera manuel.Et pour cela, il faut une bonne organisation.

 

L’organisation

 

J’ai choisi une organisation par branche, c’est-à-dire que la numérotation verticale prime sur les autres. Autrement dit, chacun de mes dossiers d’étude correspond à un nom de famille.

Je fonctionne de cette manière mais on aurait très bien pu penser l’organisation autrement. Par génération par exemple, on peut très bien imaginer qu’un généalogiste veuille que chacun de ses dossiers d’étude corresponde à une décennie. L’organisation aurait été de type « historique » plutôt que familiale.

 

A chacun de mes dossiers, donc, correspond un nom de famille. Dans chacun d’entre eux se trouve alors divers documents que tous les généalogistes sauront reconnaître. L’expérience m’a fait repenser maintes fois l’organisation de mes dossiers pour me fixer finalement sur celle-ci :

 

Page de garde

Au-dessus de la pile de documents, la page de garde qui n’est autre que la « photographie » de la branche concernée. Petit conseil : ne mettre que 3 ou max 4 individus sur une page.

Généalogie sans logiciel - Organisation

 

Collatéraux

Les collatéraux trouvés par génération et par degré d’éloignement

Par exemple :
1 page pour la génération Zéro / éloignement 2. Ici sont indiquées les données de l’ensemble des cousins
1 autre page pour la génération 2 / éloignement 1. Sur cette page, tous les frères et sœurs de mes grands-parents
Etc.

 

Travaux de recherches

La compilation des travaux de recherches. Ma prise de note lors des recherches s’organise toujours de la même manière : je mets systématiquement la source dans la marge puis j’inscris dans la partie principale la transcription de l’acte ou de tout autre document d’archives

Généalogie sans logiciel - Prise de note

 

Les documents

Les documents numérisés (photos, actes, etc.)

Par exemple : les photos des actes

 

 

Annexes

Les annexes du style pages sur le contexte géographique, professionnel, familial (les liens ou relations éventuels avec certains collatéraux ou certains amis)

Par exemple : la page Wikipédia de la ville de naissance de tel ancêtre « fondateur » qui explique beaucoup de choses

 

 

L’appropriation de sa généalogie

 

Le repère visuel

 

Avoir l’arbre ou une partie choisie de notre arbre généalogique devant les yeux permet d’avoir un repère visuel qui m’est bien utile dans mes recherches.


En effet, il permet de faire des correspondances.
« Tiens mais le grand-père de la mariée exerçait le même métier que le marié »
« Tiens mais le témoin de mariage a le même nom de famille que le cousin issu de germain de la mère de la mariée »

 

La généalogie sans logiciel - Arbre

 

Le schéma ci-dessus a servi à résoudre l’enquête sur Émile et ses deux sœurs (Enquête en 2 épisodes)


Un peu comme dans les séries policières, vous voyez souvent que les enquêteurs ont un tableau sur lequel ils posent les photos des meurtriers en les reliant aux photos de certains témoins par de la ficelle rouge.
La visualisation est importante pour comprendre.


Surtout quand on a une mémoire visuelle bien évidemment.
Mais même sans cela, cette manière d’aborder la généalogie sert aux personnes qui ont un autre type de mémoire…

 

La mémoire kinesthésique

 

On parle souvent de mémoires visuelle et auditive. Mais connaissez-vous la mémoire kinesthésique ? Peut-être que vous-même appartenez à ce profil sans le savoir.

Comment savoir si vous êtes kinesthésique ? Il existe différents signes qui indiquent que vous êtes kinesthésique :

  • Vous appréciez le confort et la douceur. Côté vestimentaire, vous avez une prédilection pour les tenues décontractées.
  • Lorsque vous marchez, vous êtes concentré sur vos réflexions intérieures. Vous êtes de ceux qui croisez des proches dans la rue sans les voir.
  • Lorsque vous discutez, vous aimez toucher votre interlocuteur : une petite tape dans le dos ou une accolade…
  • Vous avez une imagination débordante et faites souvent preuve d’impulsivité.
  • Vous êtes souvent indécis et pouvez changer d’avis plusieurs fois dans un court laps de temps.

Source : Ludovic Gautier – Tout-sur-la-mémoire.com

 

Il se trouve que j’en suis et c’est pourquoi je suis tant attaché au « papier » qui permet la MANIPULATION.

Car manipuler permet de ressentir les choses et c’est ainsi que je mémorise en tant que kinesthésique.
Donc si c’est immatériel à l’instar des données d’un logiciel, je ne mémoriserais pas grand-chose…

 

La psychogénéalogie

 

Et manipuler justement, parlons-en car il paraît que manipuler est recommandé dans le cadre des analyses psychogénéalogiques.


Ces analyses permettent de mettre le doigt sur ce qui aurait pu causer notre déséquilibre intérieur. En gros, il s’agit de savoir qui de nos parents ou de nos grands-parents nous auraient fait du mal sans le vouloir. Et surtout de se demander comment y remédier.

Mais au-delà de tout ça, la psychogénéalogie permet d’appréhender ce que j’appelle « l’âme de la famille » et de comprendre parfois les choix de nos ancêtres à la lumière de la vie de leurs grands-parents.


J’isole souvent une partie de mon arbre mentalement ou via un schéma.
Ensuite je réfléchis aux possibles liens. Ce ne sont que des hypothèses mais très souvent une histoire se construit et prend forme.


Exemple : Jeanne qui n’a plus de nouvelles de son père depuis qu’elle a l’âge de 5 ans se marie avec un homme de vingt ans son aîné. Remplacement du père absent ?


Autre exemple : Pierre est fils de charpentier et il réussit à l’époque napoléonienne à être fonctionnaire au Trésor Public. Il devient rentier (retraité) plutôt jeune au lieu de briguer le haut-fonctionnariat. Loyauté envers la classe sociale du père qui l’empêche de trop s’en éloigner ?
Etc. Etc.

 

LES LIMITES / CONCLUSION

Bien entendu, il est évident qu’une pratique papier nous limite quand on a autant de données, c’est obligé et je ne vous dirai pas le contraire. La machine calcule bien plus vite et bien mieux que l’homme.

Mais les soucis engendrés par l’absence de logiciel sont beaucoup moins graves selon moi que ceux engendrés par la présence d’un logiciel qui en fait trop pour nous.

Je sais que la plupart d’entre vous ne seront pas d’accord. Alors, dans ce cas, pour vous en quoi un logiciel est indispensable pour étudier sa généalogie ?

Ou peut-être êtes-vous convaincu par cet article et vous décidez de vous y mettre ?

À lire aussi

Publiez un commentaire