La mort de Flash Player annonce des changements rapides pour les généalogistes.
Adobe vient d’annoncer la mort de Flash Player, son module d’affichage et d’animation intégré à nos navigateurs Firefox, Chrome et autres…  Cette technologie est utilisée par la majorité des visionneuses des Archives Départementales en France. Les Départements vont donc devoir mettre en ligne de nouvelles versions de leurs visionneuses. De nouvelles possibilités pour les généalogistes en perspective.

 

Flash Player, quésako ?

 

Flash Player de Adobe est un module (plugin) qui, ajouté à nos navigateurs internet, permet des fonctions d’affichage et d’animation. À partir de la fin des années 90, c’est grâce à ce plugin que nos sites internet sont devenus plus attrayants en intégrant des images, des vidéos, des animations ou même des jeux.

 

Pourtant, depuis de nombreuses années, Flash est critiqué principalement pour :

  • ses failles de sécurité,
  • son obsolescence,
  • son impossibilité à fonctionner sur nos appareils mobiles.

Par exemple, voici ce que m’affiche ma tablette si je veux y lire des registres des Archives Départementales du Loir-et-Cher :

La mort de Flash : Bonne nouvelle pour les généalogistes | Adobe We are sorry

 

La naissance de nouveaux standards techniques (par exemple le HTML5 en 2014), moins lourds et plus sécurisés, ont déjà provoqué un remplacement de Flash sur beaucoup de sites.  Aujourd’hui, la fin officielle du plugin oblige les sites qui utilisent encore Flash à changer rapidement de technologie.

 

Pourquoi la mort de Flash est une bonne nouvelle pour les généalogistes ?

 

Comme vient de le faire Geneanet avec le lancement de sa nouvelle visionneuse, les sites des Archives Départementales vont devoir adapter leurs outils d’affichage des registres en ligne.

 

Je ne doute pas que les entreprises conceptrices des visionneuses utilisées par des Archives Départementales ont préparé cette mutation et disposent d’outils de remplacement. C’est donc au niveau des département de prendre la décision et débloquer des budgets pour ce changement. Sous peine de ne plus pouvoir afficher leurs registres, c’est une opération à faire sous 3 ans.

 

Hidden Content

 

Et donc… qu’allons nous tirer de ces changements ?

 

  • Premièrement, une chose est certaine : Les nouvelles technologies permettent maintenant un affichage sur nos appareils mobiles. Dans quelques mois, nous pourrons enfin explorer les registres des Archives Départementales sur nos smartphones ou tablettes.

 

  • Deuxièmement, et là il s’agit de simples supputations, le changement de versions des visionneuses est aussi l’occasion pour les Archives départementales de généraliser quelques fonctions que l’on trouve déjà dans quelques départements. Les priorités sont, à mon humble avis, à mettre sur :
    • l’ajout des permaliens pour rendre l’indication des sources plus efficace dans nos arbres,
    • l’indexation collaborative pour que la recherche soit possible directement sur les sites des archives,
    • la mise en place de marqueurs, collaboratifs eux aussi, pour indiquer par exemple les années dans un énorme registre.

 

En résumé, une disparition dictée par l’obsolescence qui ouvre des perspectives réjouissantes pour les généalogistes.

 

 

Genealogie Facebook